L’urgence est… économique! [Mediabask]

 

A l’heure de la transition écologique & énergétique, de l’urgence climatique, de crises sociales, de conflits géopolitiques… le débat économique local doit reprendre toute sa place.

Ce titre pourrait apparaître comme une provocation ! Et pourtant… A ne pas s’intéresser au cœur du moteur, on finit par oublier que l’un des grands défis de la « transition » est de transformer nos modes production et de consommation. La transition se focalise aujourd’hui sur la baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES), et surtout celle du CO2 (donc sur la décarbonation) … alors que la question de fond est celle de l’empreinte écologique. L’empreinte écologique c’est celle que nous avons sur la planète, notamment par tout ce que nous consommons. Et très majoritairement, nous consommons des produits importés d’autres régions et pays du monde, du fait de la forte désindustrialisation que connaît la France depuis les années 80.  Ainsi, depuis quelques années déjà, on assiste à une baisse des gaz à effet de serre (GES) … alors que l’empreinte écologique de la France ne se réduit pas. Ce sont nos importations qui remplacent ce que nous ne produisons pas. Et ces importations représentent près de 50% de notre empreinte carbone !

Regarderons-nous en face la transition écologique & énergétique, ou fermerons-nous les yeux à l’externalisation de nos émissions de GES dans des pays plus pauvres ? Pays qui n’ont pas les moyens de rapidement décarboner leurs propres modes de production.

Cette focalisation sur les résultats en termes de GES alimente une approche « techno » de la transition, avec comme boussole la « calculette CO2 », et un discours « pro-nucléaire » qui gagnent même les milieux écologistes (voir le succès de Jean-Marc Jancovici). Corinne Lepage (dans Le Monde du 3 août 2022) avait d’ailleurs fort bien démontré combien le pari français du nucléaire était « inadapté au changement climatique ». En 2030, la voiture électrique sera reine et la production nucléaire toujours plus prioritaire… sans se soucier des impacts dans les territoires où on extrait les métaux et les minéraux pour nos batteries et nos centrales (eau, déchets, pollutions…). Même attitude pour le logement où les règles nationales/européennes nous conduisent à être toujours de meilleurs élèves en termes de CO2… quand nous continuons à construire 100% béton (ici particulièrement) ; un modèle basé sur des cimenteries qui figurent parmi les sites industriels les plus émetteurs de GES…

Ainsi, nous nous détournons de la question économique… quand bien même nous ne voulons pas nous passer de produits que nous faisons venir d’ailleurs : voiture (vélo aussi !), habillement, matériaux de construction, mobilier, électroménager, électronique, informatique, et j’en passe…

Nous rêvons de territoires au cadre de vie préservé, d’activités « propres »… mais en acceptant de délocaliser notre empreinte environnementale dans d’autres régions du monde par nos importations !

Sauf à nous dessaisir d’une grande partie de de ce que nous possédons, ce diagnostic nous interpelle sur nos choix locaux de consommation et de production. Sommes-nous condamnés à être des territoires « consommateurs » de produits venant d’autres régions du monde ? En Pays Basque nord, la demande locale (de biens et services) est couverte à plus de 60% par des productions extérieures au territoire. Que souhaitons-nous produire localement pour répondre à cette demande ?

La place de l’économie productive est une question majeure, pour l’avenir des territoires.

C’est un défi écologique : la diversité de notre économie locale est sans doute le meilleur « antidote à l’urgence climatique » (pour reprendre la formule du dernier ouvrage d’Arnaud Florentin[1], économiste et co-dirigeant du cabinet Utopies, dont je tire les chiffres évoqués dans cet article). Nous y reviendrons le mois prochain.

C’est un défi existentiel, qui plus est ici en Iparralde où nous aspirons à plus d’autonomie en local. Quelle sera donc notre trajectoire socio-économique à l’horizon 15-20 ans ? Celle d’un territoire qui ne tire ses revenus que de son attractivité (nouveaux habitants, tourisme…) et de la redistribution sociale décidée à Paris (retraites, prestations sociales…) ? Ou celle d’un territoire de fabrication, de création d’activités et de compétences, répondant à nos besoins… ?

A bientôt pour la suite !

 

[1] « Et si l’antidote à l’urgence climatique était la diversité économique », de Arnaud Florentin (Editions de l’Aube, 2023)

CHRONIQUE PARUE DANS L’HEBDOMAIRE MEDIABASK DU 11 AVRIL 2024 (rubrique « Regards »), dans une version actualisée